samedi 23 septembre 2017

Food temple 2017 Paris avec la Colombie en pays invité



Cet après-midi pour mes dédicaces au festival Food Temple au carreau du temple à Paris, j’étais très bien placé dans le stand de la librairie culinaire éphémère de Marianne  Mabye. 
A notre gauche, il y a le stand des deux chefs du refugee food festival, à notre droite les stands de cuisine colombienne, et en face, le marché des chefs relais et châteaux avec leurs magnifiques produits. 
Une fois mes livres installés, je suis allé saluer nos proches voisins, la cheffe Afousatou Soro (Côte d'Ivoire) et le chef Elkhaldy (Syrie). 
Pour déjeuner, mon choix s’est porté sur le menu syrien avec son trio d’houmous, caviar de carottes et d’aubergines. C’était très coloré et gourmand. Le dessert était des morceaux de pommes, dans un sirop de datte et grenade. C’était très bon.   
Parce que le pays invité cette année est la Colombie, il était aussi de mon devoir de déguster ces empanadas très colorés qui me faisaient de l’oeil, avec des sauces fruitées et acidulées. La pâte était très croustillante, les farces très parfumées. 
Ce sont les trois chefs d’origine colombienne qui ont pignon en France qui animent les trois stands sur le pouce de gastronomie colombienne. Il y a Esperanza Aguilar du restaurant Mukura à Paris, Juan Arbelaez de Plantxa à Boulogne Billancourt et Santiago Torrijos de l’atelier Rodier Paris. En plus des empanadas, les menus proposent aussi du guacamole, du ceviche… 
Pour des saveurs plus françaises, il faut se rendre sur les marchés des chefs des Relais et Châteaux, qui proposent aussi des bouchées gourmandes comme le tartare de bar à la framboise du chef Jean Luc Rocha de Saint James à Paris à 2€. 
Il y a aussi des fromages fermiers, des huîtres. Vous pouvez bien sûre faire vos courses directement auprès des primeurs des chefs étoilés présents. 
Le Food temple propose de nombreuses activités, entre dégustations de vins, ateliers de cuisine pour les jeunes chefs en herbe, masterclass… 
Pour les trois banquets avec les chefs colombiens et français, il ne reste plus aucune place. Cependant, pour ce soir, vous pouvez observer la mise en place du chef Arnaud Faye, qui signe un menu aux saveurs de son Comté niçois. Le festival est encore ouvert demain. Vous pouvez consulter ici le programme détaillé
Il y a aussi un joli marché d’articles et des produits alimentaires colombiens. Pour ma part, j’ai eu beaucoup de plaisir à rencontrer de belles personnes, à échanger sur mes livres, et à savourer les saveurs du monde, dans un vrai dialogue culinaire et gourmand ! 
De grandes tablées à partager sont à votre disposition pour savourer tranquillement tous vos achats gourmands.

vendredi 22 septembre 2017

Festival « Cuisine, cinéma et confidence », à Baie Saint Paul, Québec



Je garde un excellent souvenir de mon séjour à la Baie Saint Paul situé entre mer et montagne. La beauté de ses paysages m’a charmé, et a toujours su inspirer des générations de peintres. Chaque année, « Rêves d’automnes, festival de peinture » dévoile les dernières œuvres de ces artistes. L’édition 2017 se déroule en ce moment même jusqu’au 1er octobre 2017. C’est avec beaucoup de plaisir que j’apprends la naissance d’un nouveau festival où la gastronomie et le cinéma feront vibrer à nouveau la Baie Saint Paul. Le festival « Cuisine, cinéma & confidences », programmé  du 3 au 5 novembre 2017 est un rendez-vous où le cinéma est prétexte pour rendre hommage à l’art culinaire. Trois belles journées pour visionner les films traitant de cuisine ou la mettant à l’honneur, déguster des repas inspirés des films à l’affiche, échanger avec les cinéastes et chefs invités comme Thierry Ferré du Mouton Noir, Eric Lessard du Saint- Amour, Marie-Chantal Lepage du Musée national des beaux-arts de Québec et Frédéric Plante de La Tanière. Le film d’ouverture est « Lunchbox » de Ritesh Batra. Le film de clôture « Grand Cru » de David Eng. Entre les deux, de merveilleux films classique comme « Le festin de Babette » de Gabriel Axel (je m’en lasse jamais de revoir ce film et je rêve toujours de déguster les cailles en sarcophage), « Les délices de Tokyo » de Naomi Kawase (ah, ces délicieux dorayakis),  « Chef » de John Favreau qui nous raconte le parcours d’un chef fidèle à son art…Ce sont des films pour nous divertir, nous toucher, nous faire voyager, donner le goût d’oser. Ce sont des films aussi pour apprendre, découvrir, nous sensibiliser sur les différents enjeux du monde alimentaire et la culture des autres. Cette belle initiative est portée par Lucie Tremblay, Jean Soulard et Christian Béjin. Il y aura aussi des ateliers de cuisine, toujours inspiré des films. Pour mes amis du Québec, il est prudent dès aujourd’hui de réserver votre séjour et découvrir ici toute la programmation détaillée. Ce sera "très fun" !

POD, le nouveau food court parisien du BHV Marais Paris



POD comme « Parisian Omnivore District » : c’est le nouveau concept de la street-food qui squatte le patio couvert du BHV Marais homme. Il regroupe six enseignes qui proposent de la « food » furieusement tendance, gastronomique, healthy, et parisienne. 
Vous avez les jus détox pressés à froid et les buddha bowl de chez We Are Juice
La vendeuse très sympathique s’impose sur ma photo avec son flamand rose, l’emblème de la marque après m’avoir préparé un jus « we are so sexy » (pomme golden, fraise, vanille, gingembre, maca). 
Il y aussi les lobster roll à la française chez Homer
des avocado toast chez La Perle Café, des ceviche chez La Vague, des souvlavis (sandwichs grecs) chez Nykos 
et des pastéis de Belém, des tapas à l'Alimentation Petiscaria. Ouvert 7 jours sur 7, les horaires sont totalement adaptés à la faune du quartier, de 11 à 20 heures (sauf La Perle Café de 8h à 19h). Le wifi est gratuit et en open bar. 
C’est un lieu idéal pour se poser, lire ses courriels, prendre un petit café entre deux rendez-vous ou retrouver ses amis pour bruncher le dimanche ! Attention, ce POD se veut comme un incubateur de jeunes chefs et d’enseignes branché. Dans six mois, ces six enseignes laisseront leurs places à d’autres !

mardi 19 septembre 2017

Gauguin en tarte, en exposition et en film !



Hasard de l’actualité culturel ? Il y a des périodes où un artiste concentre sur lui tous les projecteurs au même moment. C’est le cas du peintre impressionniste Paul Gauguin. Au cinéma, il y a le film d’Edouard Deluc « Gauguin, voyage de Tahiti » qui vient de sortir sur les écrans
L’acteur Vincent Cassel incarne la période de Gauguin qui s’exilait à Tahiti en 1891 pour trouver sa peinture en homme libre, loin des codes moraux, politiques et esthétiques de l’Europe civilisée. Il y rencontrera Tehura, qui deviendra sa femme, et le sujet de ses plus grandes toiles. Ses magnifiques compositions, très colorées sont exposées en permanence au musée d’Orsay à Paris. 
J’aime particulièrement son tableau « Le repas » qui représente deux jeunes garçons et une jeune fille à table, avec des bananes fei à cuire, du lait de coco, des goyaves. Ces aliments me rappellent les saveurs de mon enfance à Madagascar. 
C’est sûrement à partir de cet univers de saveurs exotiques que le pâtissier parisien Hugo & Victor signe une « Tarte Gauguin » à base de pâte sucrée, de crème d’amande, d’une bavaroise et gelée passion avec des morceaux de mangues, ananas et goyave frais. La bonne nouvelle est que cette tarte Gauguin est proposée en portion individuelle et à partager ! 
Enfin, le Grand Palais lui consacre aussi une magnifique exposition « Gauguin l’alchimiste » jusqu’au 22 janvier 2018. En matière de cuisine, Paul Gauguin a dit : "Cuisiner suppose une tête légère, un esprit généreux et un cœur large" ! Si vous ne connaissez pas encore cet artiste exceptionnel, c’est le moment de le découvrir !