jeudi 23 novembre 2017

Gâteau de la Thanksgiving par François Perret, Ritz Paris



Pour célébrer la Thanksgiving, le chef pâtissier François Perret du Ritz Paris propose sa version de gâteau à la citrouille. Il s’agit d’un cheesecake avec la confiture de citrouille, avec comme base un sablé au graines de courges caramélisées. Vous pourrez déguster cette belle création au salon Proust jusqu’à dimanche accompagné d’un excellent thé servi dans les règles de l’art. Ce sera aussi l’occasion de déguster la madeleine de Proust version François Perret. C’est un des chefs pâtissiers les plus créatifs !
Source photo : FB François Perret

Gastronomades 2017, Angoulême



Dès ce weekend, c’est la fête de la gastronomie à Angoulême. Ses « Gastronomades », lancées depuis 1995, vont encore faire frétiller vos papilles, aiguiser encore plus votre envie de manger. Cette belle manifestation invite tous les épicuriens et tous les acteurs des métiers de l’alimentation à célébrer l’excellence des produits régionaux, leur parcours des champs à l’assiette, et à les savourer.
Pour la première fois, ce sont les 11 000 élèves de la ville qui ouvrent les festivités avec un déjeuner de produits charentais le vendredi dans les restaurants scolaires signé par le chef Erick Boux de la Cigogne à Soyaux : velouté de céleri rave, blanquette de veau et son crumble croustillant au curry, pommes à la gelée de melon et pain d’épice. Lors de ce déjeuner, un menu sera remis à chaque élève avec un petit mot du chef et les informations sur les produits qu’il a consommé. Il saura que le veau vient des établissements Levesques Ruffec, les légumes du syndicat des maraîchers de la Charente, Angoulême, Jardins du Bandiat, Souffrignac, Maïa et Charente, Saint Yrieux, les pommes et les champignons de Paris de la belle fermière, Ruelle sur Touvre. Cette première opération vise à sensibiliser les jeunes aux saveurs, aux produits du terroir et à leur patrimoine gastronomique régional. Pour les plus grands, des ateliers de cuisine, de dégustations gourmandes sont proposés par les chefs aux halles durant tout le weekend. Samedi, à 10 heures, c’est Bruno Dinel, le plus jeune Maître-Boulanger de France et vice-champion d’Europe de boulangerie qui vous attend. A 11 heures, c’est le chef Nicolas Gautier, double prix jeune talent Gault et Millau, et à 12 heures, c’est la chef et pâtissière Anne-Sophie Bercet. De belles expositions sont aussi proposées, comme celle de « Nourrir au front » à l’occasion de la commémoration du centenaire de la 1ère Guerre Mondiale. 
Vous pourrez assister aussi aux démonstrations de service en salle par les élèves des lycées hôteliers, assister au concours de sommellerie, assister aux leçons et aux joutes culinaires, rencontrer les auteurs et faire dédicacer vos livres à la librairies des saveurs. Toutes les activités sont proposées sur 6 sites avec le programme détaillé qui se trouve ici.   
Ces gastronomades sont annoncées fièrement devant la façade de l’hôtel de ville, ancien château des Comtes d’Angoulême. Profitez aussi de votre séjour pour découvrir les bandes dessinées format XXL dans les murs de la ville !

lundi 20 novembre 2017

Le broyé du Poitou : la galette qui se déguste en donnant un coup de poing !



Ne dites surtout pas à vos amis angoumoisins que leur broyé du Poitou est une galette pure beurre qui ressemble à sa cousine bretonne. Ce broyé pour eux est plus qu’une galette, c’est une pâtisserie rituelle qui marque les moments importants de l’existence. Il s’offrait autrefois à l’église pendant la messe les jours de mariage, de communion, lors des battages. 
Aujourd’hui encore, il est servi soit avec du vin rouge, soit avec un café lors des repas et des grands événements familiaux. Pour la déguster, Il faut donner un coup de poing en son centre qui a pour effet de le « broyer » pour en faire de petites parts, d’où son joli nom de broyé du Poitou. Chacun prend alors un morceau de brisure selon son appétit. 
Il est vendu aussi dans certaines pâtisseries brisé, au poids. Dès la première bouchée, on ressent une pâte friable, très généreux en beurre. Toute sa saveur vient de la typicité du beurre de Charentes. 
Pour en ramener à Paris, j’achète toujours celui produit par la biscuiterie artisanale Goulibeur sans colorant et sans conservateur. Une confrérie en défend même sa réputation. Sa préparation est très facile. Pour cela, mélangez 250g de sucre avec 2 œufs, une pincée de sel et 250g de beurre en pommade. Ajoutez ensuite 500g de farine tamisée. Mélangez l’ensemble pour faire une boule de pâte. Laissez reposer 30 minutes au réfrigérateur. Etendez la pâte sablée avec un rouleau à pâtisserie pour obtenir une abaisse ronde d’environ 1 cm. Déposez ensuite l’abaisse de pâte sur une plaque à four huilée. Dorez le dessus au jaune d’œuf battu. Décorez la surface du broyé avec les dents de la fourchette, parsemez d’amandes effilées, puis la faire cuire pendant 25 minutes 180°C. Vous pourrez le confectionner en format XL à partager ou en petites galettes individuelles.

Chocolaterie Duceau depuis 1876, Angoulême



Située juste en face du château des Comtes d’Angoulême, la chocolaterie Duceau affiche fièrement son ouverture et sa fonction de maître chocolatier depuis 1876 ! Même si les occupants ont changé avec le temps, la boutique porte toujours le nom de son créateur Jules Duceau. 
Les bonbons en chocolat sont toujours mis en valeur dans son écrin d’origine, avec ses boiseries de style Louis XVI et ses peintures signées Rousseau. Classé à l’inventaire des monuments historique, le décor patiné par le temps de cette boutique vaut à lui seule en visite. 
Une fois à l’intérieur, vos sens seront sollicités par toutes les gourmandises chocolatées, aussi tentantes les unes comme les autres. Certaines pièces sont de véritables œuvres d’art. En ce moment, la chocolaterie Duceau nous propose des saveurs et des formes liées à l’automne. 
C’est Jules Duceau qui aurait créé le célèbre chocolat en forme de marguerite pour rendre hommage à Marguerite de Valois, sœur du roi François 1er !

« Les marguerites » de la chocolaterie Letuffe, Angoulême



C’est la jolie devanture de la chocolaterie Letuffe place Francis Louvel à Angoulême qui a attiré mon attention. Elle était décorée d’un médaillon du roi François 1er et de son emblème, la salamandre surmontée d’une couronne, puis d’un autre médaillon de femme. Est-ce la reine ? Quels sont les liens de ces insignes royaux avec une chocolaterie ? Piqué par ma curiosité, je suis rentré dans la boutique pour en comprendre le sens. 
La vendeuse très accueillante et disponible me confie que cette maison fut fondée en 1873. Les deux médaillons représentent respectivement le roi François 1er et sa sœur chérie, Marguerite de Valois. Il s’agit d’un hommage à la famille royale et au château des Comtes d’Angoulême (transformé ce jour en hôtel de ville), où naquit Marguerite d’Angoulême en 1492. 
Pour la célébrer, le chocolatier Duceau aurait créé dès 1876 un chocolat en forme de marguerite d’une bouchée. Depuis, ces « marguerites » sont devenues une belle spécialité historique à base de chocolat noir, de chocolat blanc, de chocolat au lait. Certaines fleurs de marguerites sont parfumées légèrement à l’orange confite. 
Elles sont vendues à la pièce, en ballotin ou dans cde boîtes luxueuses et reprises par tous les chocolatiers de la ville d’Angoulême. Les différents bonbons au chocolat sont décorés avec l’image de François 1er et de sa salamandre. 
L’assortiment proposé est très riche. Mon petit coup de cœur se trouve dans les bonbons au pineau de Charente ! La chocolaterie Letuffe vend aussi de magnifiques faïences d'Angoulême !