lundi 15 janvier 2018

Les rencontres des Gobelins Paris : « Prestige de table - Extases du Palais »



Les rencontres des Gobelins sont des rendez-vous hebdomadaires dédiées à un large public, le mardi à 18 heures, pour partager les connaissances relatives à l'histoire de l'art et aux activités du Mobilier national et des manufactures nationales. La prochaine rencontre sur le thème de la gastronomie est le mardi 16 janvier 2018, de 18 à 20 heures sur le thème de «Prestige de table-Extases du Palais » avec Sylvie Guichard-Anguis (Directeur de recherche, CNRS) : La table au Japon: une esthétique paysagère. Yu Zhou (Auteur et conférencier sur la culture chinoise) : La baguette et la fourchette. Les tribulations d'un gastronome chinois en France. L’entrée est gratuite dans la limite des places disponibles au 42 avenue des Gobelins, Paris 13ème. Voici la présentation de la rencontre, sous la direction scientifique de Charlotte Chastel-Rousseau, Christophe Henry, Pierre Sanner
«Meuble, ornement, code, art de vivre: la table servie est un univers social et artistique à part entière, qui a joué un rôle déterminant dans l'invention de notre civilisation. Lieu et moment rituel de l'altérité alimentaire, la table peut être réduite  à sa fonction de sustentation, mais elle est aussi inséparable de la communication entre les êtres, de l'organisation des rapports qui les unissent et les discriminent, en famille comme en société, à la cour comme à la ville, dans la salle à manger du prince comme dans l'antichambre du ministre.
Représentation, la table l'est quelquefois dans des proportions qui font d'elle un spectacle lors duquel la virtuosité du service compte tout autant que la finesse des mets, et le souvenir que l'on en garde plus encore que la somptuosité toujours recherchée du couvert. La table est finalement un art décoratif complet où fusionnent usages et objets du décor »

samedi 13 janvier 2018

Conférence ESPCI Paris « Champagne, la valse des bulles ! »



Cette conférence expérimentale par Gérard Liger-Belair (Institut Georges Chappaz, Université de Reims-Champagne-Ardenne), Thomas Séon (Institut d’Alembert, UPMC) vous invite à tout comprendre sur le rôle des bulles de champagne lors de sa dégustation ! Ils étudient depuis une quinzaine d’années les processus à l’origine de la formation, de l’ascension et de l’éclatement des bulles du champagne et des vins effervescents. Ils nous proposent de comprendre tous les phénomènes qui accompagnent une dégustation de champagne, depuis le débouchage de la bouteille, jusqu’à l’éclatement d’une bulle, en passant par le rôle essentiel du verre en dégustation !

Cela se passe à l’ESPCI, 10 rue Vauquelin, Paris 15ème, le lundi 15 janvier 2018 de 18h30 à 20h30.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

vendredi 12 janvier 2018

Interdiction d’ébouillanter les homards vivants en Suisse



C’est une victoire pour les défenseurs des droits d’animaux et des scientifiques. A partir du 1er mars 2018, "la pratique consistant à plonger les homards vivants dans l'eau bouillante, commune dans les restaurants, ne sera plus autorisée". Seuls les chocs électriques ou "la destruction mécanique du cerveau" seront autorisés. Il est estimé que les homards et autres crustacés possèdent des systèmes nerveux complexes, qu'ils ressentent vraisemblablement de la douleur lorsqu'ils sont ébouillantés. De même, leur transport sur de la glace ou eau glacée ne sera plus autorisé. Ils doivent être maintenus dans leur « environnement » naturel. Cette décision va-t-elle influencer les autres pays ? En France, ce débat intéresse les chefs. Le chef Michel Guérard a opté depuis 2007 pour une autre méthode, inspirée de la recette chinoise de « crustacés ivres » : enivrer le homard en mettant sa tête dans un bocal d’eau de vie ! Cette pratique a donnée naissance à sa recette du « homard ivre des pêcheurs de lune ». Sur les réseaux sociaux, certains se demandent s’il sera bientôt interdit en Suisse de déguster les huîtres crues !

Le printemps du goût, Paris



Depuis cette semaine, Paris compte un nouveau lieu pour les amoureux de bons produits et de la belle gastronomie. 
Le grand magasin du Printemps, boulevard Haussmann, a inauguré ce 10 janvier 2018, son « nouveau marché dans le ciel» avec les deux derniers étages entièrement dédié à l’univers gastronomique 100% français sous toutes ses formes. 
Le 7ème étage est consacré à l’épicerie fine, au snacking chic et healthy  avec un coin librairie gourmande. 
La collection des « Dix façons de préparer » des éditions de l’épure est exposée majestueusement sur la table centrale. 
L’ADN de tous les produits d’épicerie fine au 7ème étage est complètement tricolore,  avec des produits français, produits avec passion par des artisans français ! 
Comme la truffe de la maison Balme, le caviar avec Byzance, le café avec Lomi, le chocolat avec la maison du Chocolat, la cave avec le repair de Bacchus, le foie gras et la charcuterie avec la maison Dubernet. Emmanuelle Touboul est la pilote de cette sélection drastique du meilleur du terroir français en confitures, miels, gâteaux, épices, soupes, vins… 
Le 8ème étage est l’espace de restauration avec un marché de produits frais animé par les quatre chefs issus de la scène culinaire française avec 
Christophe Michalak pour la pâtisserie, Gontran Cherrier pour la boulangerie, 
Laurent Dubois pour les fromages affinés, et Akrame pour les poissons, viandes, fruits et légumes.
Que vous grignotez un croque  madame de luxe avec à la truffe ou si vous déjeunez assis dans l’une des espaces de restaurant, vous pouvez profiter une vue wouah de la terrasse. Le printemps du goût vous propose des animations exclusives avec dégustations, des rencontres avec les producteurs, artisans, vignerons et chefs venus des quatre coins de France. 
En ce vendredi après, je retrouve Patrick Elziere qui fait déguster ses  excellents produits Monsieur Appert. C’est un joli lieu à visiter, en prenant le temps d’explorer chaque rayon pour découvrir les joyaux gourmands de France dans un cadre très chic !

mercredi 10 janvier 2018

Le combo du président Xi, Pékin



Connaissez-vous le « combo du président Xi » ? Cette formule comprend des petits pains vapeur farci à la viande de porc et ciboule猪肉包子, une soupe de tripes mijotées (chao gan炒肝) et quelques crudités de saison. Vendue à 21 yuans, c’était le combo dégusté par le président chinois Xi Jinping dans la chaîne de restauration Lao Qingfeng à Pékin le 28 décembre 2013. Depuis, cette formule, baptisée le « combo du président Xi » est devenue le best-seller de la chaine, auprès des locaux et des touristes. L’information était largement relayée par les réseaux sociaux. On voyait le président faire la queue au comptoir et s’attabler en toute simplicité comme un client lambda. Quelques jours après son passage, les clients patientaient plus de deux heures pour être servis. Et la table utilisée par le président retirée par le restaurant pour des raisons de sécurité car tout le monde voulait s’y installer ! Ce qu’il avait dégusté reste des recettes très populaires à Pékin. Les petits pains à la vapeur farci, les baozi, sont des encas consommés tout au long de la journée. La soupe de tripes mijotées, le chao gan炒肝, est très typique de Pékin. Elle est consommée dès le petit-déjeuner et s’adresse aux amateurs de tripes avec des morceaux de foie et de poumons de porc, dans un bouillon avec du gingembre et de l’ail. Sa texture est très gélatineuse avec la couleur foncée de la sauce de soja. La gargote la plus réputée de Pékin pour cette soupe reste le Yaoji Chaogan姚记炒肝 situé près de la tour du Tambour qui a reçu la visite du vice-président Joe Biden en 2011. Pour déguster ce « Combo du président Xi » à Pékin, la chaine de restaurant Lao Qingfeng a plusieurs établissements dans la capitale. Vous pouvez aussi le déguster au Yaoji Chaogan.