jeudi 20 juillet 2017

Resto bar café & potager urbain aux jardins Gamelin, Montréal



En arrivant place Émilie-Gamelin dans le cœur de Montréal près du quartier des spectacles, 
notre regard est d’abord happé par cette l’impressionnante œuvre "1.26" de Janet Echelman qui surplombe les jardins. Il s’agit d’un immense filet accroché dans les airs, qui ondule au grès du vent, et qui s’illumine à la tombée de la nuit. 
Ce lieu est devenu en quelques années un lieu riche en activité culturelles et citoyennes. On y vient juste pour se reposer dans son jardin, pour lire, vautré sur ses chaises ou sur la pelouse. On y vient pour voir les spectacles proposés gratuitement en journée et le soir sur la scène ronde. Demain vendredi 21 juillet 2017, vous pourrez assister à des performances circassiennes. 
On y vient pour boire un verre, se restaurer dans l’excellent resto, bar café assis sur des palettes recyclées, ou pour apprendre à jardiner. 
Cet été, l’agriculture urbaine occupe une place importante dans l’aménagement de la place. La zone de restaurant est délimitée par des bacs de légumes. Des potagers et autres plantations occupent la place. 
Les cours de potagers sont dispensés par des bénévoles du quartier. Les touristes sont les bienvenus pour s’initier au jardinage, et pour faire connaissance avec les locaux qui sont très accueillants et ouverts. 
Les récoltes sont consommées en commun, préparés dans la cuisine du restaurant. Toutes ces activités visent le même but, rompre la solitude des personnes et resserrer les liens sociaux, à travers toutes les activités de la place. Je suis étonné qu’en centre-ville, les espaces verts dédiés jusqu’à présent aux fleurs sont tous remplacés par des cultures de fines herbes, où chacun peut venir à loisir faire sa petite cueillette !
 Les « bâtons glacés » du restaurant sont excellents !

Exposition « Nourrir le quartier, Nourrir la Ville », Ecomusée du fier monde, Montréal



Les lieux où l’on trouve de la nourriture sont porteurs d’un grand pan de l’histoire de Montréal. L’écomusée du fier monde ; à travers son exposition « Nourrir le quartier, Nourrir la Ville », vous invite à faire votre marché pour revisiter 200 ans d’alimentation dans le quartier du centre sud à travers les marchés publics, les petites épiceries et les premières chaînes d’alimentation. 
En suivant l’évolution des produits à différentes époques, nous assistons à la naissance de l’industrie de la transformation alimentaire qui se développe en réponse à un enjeu simple : celui de nourrir le quartier et de nourrir la ville. 
Cette magnifique exposition donne à réfléchir aussi aux enjeux contemporains et de constater les initiatives citoyennes mises en place dans la ville du 21e siècle.
En plus de cette belle exposition, l’écomusée du nouveau monde à Montréal vaut une visite. 
Il est installé dans le bâtiment de l’ancien bain public Généreux, avec une belle architecture des années 1920. On voit encore la piscine d’époque. A l’étage, l’exposition « Grandeurs et misères d’un quartier populaire » nous raconte les conditions de vie des familles ouvrières du quartier et de l’impact de la révolution industrielle sur leur travail, leur quotidien.
Pour préparer votre visite, cliquez-ici.

Papilles n°47 : De vin, de vent et d’ivresse….



Pour les passionnés de vins, la revue des bibliothèques Gourmandes, « Papilles n° 47 » vient de paraître pour l’été. Comme son titre l’indique « De vin, de vent et d’ivresse…. », ce numéro est entièrement consacré au vin. Sa réalisation a été confiée à Philippe Bourguignon, « le meilleur accordeur de mets et de vins, l’érudit du cep, le collectionneur et lecteur de livres anciens, le sommelier discret » qui a concocté un voyage extraordinaire au travers « des mots du vin, de ses rencontres, de ses passions » avec quelques auteurs. En voici le sommaire.
Papier raisin - Dominique Varry,
Dix-huit planches de raisin - Philippe Bourguignon
Sensation et perception des arômes des vins - Alexandre Schmitt
Le Vent  - Jacques Puisais
Prendre le sens du vent - entretien avec M. Marcel Suhart à Issoudun.
Fierté et Bonheur de Félicien Rops, vigneron à Corbeil-Essonnes - Philippe Bourguignon.
L'ivresse et le Sacré - George Oxley.
Côtes et Coteaux - Alain Rey.
La Cave, la Caverne et le Caveau - Astrid Bouygues.
Révélation du grand vin au Mont Athos - Jacques Perrin.
Les Humeurs - Vincent Chenille.
Le poète Piron à table avec ses amis Vadé et Collé d'Étienne Jeaurat - Katherine Khodorowsky.
Poésie de vigneron - René Rougier & Odile Coche-Dury.
Pour plus d’informations, cliquez-ici.

dimanche 16 juillet 2017

Le G20 de la gastronomie s’ouvre ce jour au Canada



Est-ce l’effet commémoration des 150 ans de la confédération du Canada, ou du  375ème anniversaire de la ville de Montréal ? C’est le Canada qui a l’honneur d’accueille cette année le G20 de la gastronomie. Cette rencontre du club très fermé des cheffes et chefs de cuisine des chefs d’état de la planète s’ouvre ce jour à Toronto. Jusqu’au 23 juillet 2017, c’est la cheffe de cuisine du premier ministre canadien Justin Trudeau, Katie Brown, qui accueille tous ses collègues. L’objectif de cette rencontre est de mieux se connaître, d’échanger des informations sur les goûts alimentaires de leurs prestigieux patrons, découvrir d’autres manières de table, participer à de différents événements culinaire. Après Toronto, la délégation se rendra à Ottawa la capitale fédérale où ils seront reçus par Justin Trudeau. Le voyage s’achèvera à Montréal. Ce club des chefs a été fondé par Gilles Bragard en 1977. Sur les 24 membres listés de ce club en première ligne de la diplomatie gastronomique, 21 ont répondu présent à ce G20 de la gastronomie dont le chef du président de la république française, Guillaume Gomez. La cheffe de cuisine de la Maison Blanche des Etats-Unis reste Cristeta Comerford, qui avait servi les Obama. En politique, l’art de la table est un moyen de faciliter les échanges, créer une ambiance de détente pour mieux se parler. Preuve est donnée de la dernière invitation à dîner du président français Emmanuel Macron au président américain, le 13 juillet 2017, au restaurant étoilé Jules Verne au deuxième étage de la Tour Eiffel à Paris.