dimanche 18 février 2018

Jour de fête au Château de Drudas



Situé dans la campagne toulousaine, ce château de Drudas construit au XVIIIème siècle et classé monuments historique a été entièrement rénové pour se transformé en un écrin d’hôtel 4 étoiles avec un restaurant gastronomique « Le verdurier » piloté par le chef Eric Sampietro et des espaces liés au bienêtre. Dans les travaux de rénovation, « aile des communs » avec la cheminée, la rôtissoire, le potager et l’escalier sont conservés et participent  la décoration des espaces créés. 
La propriétaire, Françoise Rossi, a eu l’excellente idée de nous offrir en lecture un livret historique dédié à sa belle demeure historique qu’elle a fait renaître. 
La nouvelle « Jour de fête au château » est racontée par un jeune commis cuisinier sur une journée imaginaire de 1775 avec différents personnages fictifs. Il nous fait découvrir l’histoire de la table à travers l’art délicat des plans de table, la gastronomie des lumières, le potager de cuisine (l’ancêtre des fourneaux), les postes d’un bataillon de cuisine dont le verdurier,
 les évolutions techniques du tournebroche, les délicieuses profiteroles…  Une nouvelle qui me donne envie de séjour dans ce lieu chargé d’histoire.
Source des photos : Château de Drudas

Fête du citron Menton 2018



Après Cinecittà et le cinéma italien en 2016, Broadway et les comédies musicales en 2017, Bollywood sera à l’honneur de la fête de citron de Menton jusqu’au 4 mars 2018. C’est en 1896 que les frères Lumières avaient importé en Inde le cinéma, devenu une vraie culture populaire ! Les grandes sculptures entièrement réalisées à partir de citrons, exposés dans les jardins Biovès, représentent le dieu à la tête d’éléphants Ganesh, des éléphants en fête, la tête de Bouddha, des scènes de célèbres films indiens… La fête est au rendez-vous entre l’admiration de ces motifs monumentaux, les danses et les chants, et d’autres nombreuses animations. Cette 85ème édition met à l’honneur ce merveilleux citron de Menton, avec un goût plus doux, des arômes plus intenses et une acidité modérée. Il bénéficie d’un label européen IGP (indication géographique protégée) depuis 2015. Le bon plan est d’attendre la fin de la fête. Dès le 5 mars, au moment du démontage des sculptures, ces fameux citrons de Menton sont vendus à prix dérisoires par caisse ! Un voyage dans le sud de la France, c’est aussi que du bonheur en cette saison. Pour connaître le programme détaillé de cette fête du citron de Menton, cliquez-ici.

samedi 17 février 2018

Ohoo : la bulle d’eau comestible !



« Ne recyclez plus vous bouteilles en plastique, mangez-les ! »
Cette innovation conçue par trois étudiants diplômés du master « science et design » de l’impérial collège de Londres va révolutionner le marché des boissons ! Leur invention est une bulle avec une membrane transparente qui peut contenir toutes sortes de liquide. La bulle, composée de gélatine et d’algue est complètement comestible. Elle se tient dans la paume d’une main et remplace à termes les bouteilles et gobelets en plastique ! Ce nouveau produit s’adapte très bien dans un premier temps pour les festivals et les événements sportifs , avec la fin de la corvée de la gestion des déchets. La start-up se trouve à Londres. Pour découvrir en détail le produit, cliquez-ici.

Mangées (une histoire des mères lyonnaises) de Catherine Simon



Dans la dernière livraison du guide Michelin France 2018, il n’y avait aucune femme chef nouvellement étoilée, à l’exception de deux couples qui ont décroché leur première étoile, Kwen Liew et son compagnon Ryunosuke Naito du restaurant parisien Pertinence et Mi-Ra-Kim et Charles Thuillant à la tête de l’Essentiel à Deauville. Ce livre de Catherine Simon, « Mangées (une histoire des mères lyonnaises) » aux éditions Swediteur, nous rappelle que ces femmes étaient à l’origine du destin de plusieurs grands chefs, comme Paul Bocuse, qui fit ses armes chez Eugénie Brazier, première femme triplement étoilé en 1933. Catherine Simon nous invite à redécouvrir l’histoire de ces femmes exceptionnelles, qui ont écrit une des plus belles pages de l’histoire de la gastronomie française. Elles s'appelaient Eugénie Brazier, Léa Bidaut, Paul Castaing, Fernande Gache et ont régalé des générations de gourmets entre Saône et Rhône, avec des recettes devenues mythiques comme les quenelles de brochet, les volailles demi-deuil, les gratins de cardons. C’étaient des femmes qui cuisinaient avec le cœur, avec des produits frais locaux et sans frigo !

vendredi 16 février 2018

Migong蜜供 : les pièces montées au miel pour l’offrande du nouvel an chinois



Les migong 蜜供, ce sont des pièces montées sous forme de tour, de stupa et de pagodes construites avec des pâtisseries imbibées de miel. Cette création pâtissière digne d’Antonin Carême est une offrande chinoise du nouvel an, destinée à ses Ancêtres, aux Dieux pour solliciter leur protection pour le reste de l’année. Pour que ces derniers comprennent bien les souhaits de la famille, les caractères de bon augure comme bonheur福, longévité寿, fortune财, joie喜, décorent la base de la tour. Ce sacrifice au miel est une tradition pékinoise. Par sa saveur douce et par la protection des Ancêtres et des Dieux, chacun aspire à une vie remplie de douceurs. Les migong les plus symboliques et prestigieux sont ceux consommés dans les temples. Ils sont proposés aussi par les pâtisseries spécialisées. On en confectionne aussi en famille mais en pièce montée plus modeste. L’histoire raconte que les moines taoïstes du Temple de la médecine 药王庙à Chongwenmen confectionnaient les meilleurs Migong grâce à un miel exceptionnel. Ils reçurent la visite de l’empereur Xuanzong, le huitième empereur de la dynastie des Qing, qui s’y rendit en personne pour les déguster. Conquis par ses saveurs, l’empereur décréta le temple de la médecine comme fournisseur officiel de la cour pour son sacrifice au miel !
Je vous souhaite une belle et heureuse année du chien, aussi douce que le miel !