vendredi 28 février 2014

Salon de l’agriculture Paris : le stand des bovins

Beaucoup d’enfants ne viennent que pour ça ! Admirer comme ils disent les « belles vaches françaises », les toucher et même leur parler !
 Il est vrai que les fleurons des  bovins comme la charolaise, la limousine, la montbéliarde, la normande, l’aubrac…sont tous montés à Paris. Certains sont venus participer au concours général agricole des animaux pour être la plus belle bête dans l’expression de sa forme ou son poids de sa catégorie. 
Les lauréats sont reconnaissables car décorés du ruban bleu blanc rouge. Il y a une effervescence dans ce stand, entre la joie et les cris admiratifs des enfants, les allers et venues des ovins pour être filmés, pour aller à la douche, le mouvement incessant des visiteurs, 
les plateaux de télévision directement sur la paille des vaches. Il vous reste encore quelques jours pour aller les admirer !

Séminaire international sur l’agriculture biologique, Paris

Le 9ème séminaire international sur l’agriculture biologique s’est tenu hier à Paris dans le cadre du Salon de l’Agriculture. Organisé par l’agence Bio, il a pour objectif de faire le point sur les principales évolutions observées dans l’Union Européenne et dans le monde en termes de politique publiques en faveur du développement de l’agriculture biologique qu’en termes de production et de consommation. 
Pour partager ces réflexions, 4 pays ont été invités ; le Danemark, la Grèce, l’Espagne et la Roumanie. Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt avait fait l’ouverture du séminaire en rappelant son attachement à toutes les formes d’agricultures en France dans la bio en fait partie. Il plaide pour l’échange et le partage des bonnes pratiques avec les partenaires de l’Union Européenne et du reste du monde. Il lance le projet d’une réunion internationale sur Paris pour partager les bases techniques et biologiques, les techniques culturales, la structuration des circuits de vente. Il rappelle aussi que la bio doit atteindre un niveau de production cible, pour assurer la production alimentaire nécessaire à la France. Il cite l’exemple des progrès accompli dans la production du lait par vache en lait bio, passé de 7000 à 9000 litres en quelques années. En avant-première, il annonce l’organisation d’une journée miel en France, en septembre 2014, sur un petit-déjeuner centré sur le miel ! L’intervention du Danemark était très intéressante. Le Danemark est le pays de l’Union Européenne où la consommation de produits bio est le plus élevé par habitant. Le gouvernement a fixé comme objectif d’ci 2020 que 60% des produits utilisés en restauration collective soit bio. Autre point fort des autres intervenants, les produits bio de chaque pays doivent se tourner d’abord vers le marché de leur consommateur intérieur, au lieu de vouloir les exporter ! La journée s’est achevée avec la remise des trophées de l’excellence bio. Pour découvrir les comptes rendus détaillés, rendez-vous sur le site de l’agence Bio.

mercredi 26 février 2014

Le patrimoine en bouche : nouveaux appétits, nouvelles mythologies

Ce colloque international et ce forum de gastronomie « Le patrimoine en bouche : nouveaux appétits, nouvelles mythologies » sont organisés par les universités de Cergy Pontoise et de Versailles Saint Quentin en Yvelines. Ils auront lieu les vendredi 14 et samedi 15 mars 2014 au lycée des métiers de l’hôtellerie Guillaume Tirel à Paris. Des chercheurs venant d’Amérique du Nord, d’Afrique, d’Europe, du Pérou, du Japon, de l’Océan Indien s’interrogeront sur les valeurs identitaires et patrimoniales de la nourriture, sur les modalités d’expressions, d’échange et de circulation des productions culinaires. C’est un colloque où les participants vont se nourrir de mots, mais aussi de vraies dégustations cuisinées par les étudiants de la licence professionnelle « restauration gastronomique » de l’université de Cergy Pontoise, et les étudiants de l’école supérieure d’Arts appliqué Duperré. Malheureusement, à l’heure où j’écris ces lignes, il n’y a plus de places pour le dîner de gala autour des produits d’Ile de France. Il vous reste les moments de dégustation proposée durant ces deux jours entre deux conférences. Le pass jour est de 10€. Pour réserver votre place, cliquez ici. Pour mieux connaître le programme, les organisateurs et intervenants, cliquez ici.

La bière en poudre débarque en Europe !

Avec la tendance du développement des bars à bières artisanales sur Paris, qui offre une variété d’arômes, et les kits de bière à faire chez soi, la bière en poudre qui arrive en Europe par la Belgique va-t-elle trouver sa place ? Le nouveau produit, proposé par la société américaine Pat’s Backcountry Beverages, semble révolutionnaire. Il suffit de mélanger un concentré de houblon en poudre avec de l’eau fraîche gazéifiée pour obtenir une bonne pinte de bière, quelque-soit l’endroit du monde où on se trouve ! Lancé en 2013, le concept est né grâce au fondateur de l’entreprise Pat Tatera qui avait envie d’une bière fraîche lorsqu’il partait en randonné. Il lui a fallu 15 ans pour créer cette technologie HBT : Hybrid Brewing technology. Avec 2 sachets de poudre de 50 ml, on obtient un litre de bière. Le seul obstacle reste encore son prix, il faut compter environ 30€ pour acheter la bouteille afin de gazéifier la solution et 7€ pour un lot de quatre paquets de poudre. Cliquez ici pour visualiser la démonstration du produit. Au niveau du produit final, il s’agit d’un hybride ni pur alcool distillé, ni vraiment une bière, mais avec la sensation d’une bière ! La société met en avant aussi son aspect pratique et écologique. Si vous êtes impatient de le découvrir, vous pouvez déjà commander en ligne directement des Etats- Unis. La cible marketing reste majoritairement les randonneurs.

mardi 25 février 2014

Guide Michelin 2014 France

Même avec la floraison des blogs, le palmarès dévoilé chaque année par le Guide Michelin est un événement attendu par le monde de la gastronomie. Pour beaucoup de chefs, être dans le guide rouge est un rêve ! Le buzz de cette nouvelle édition est l’arrivée d’un nouveau 3 étoiles décerné au chef Arnaud Lallement de l’assiette Champenoise près de Reims. Déjà gratifié « cuisinier de l’année par Gault et Millau » et « Chef de l’année » par le guide Champerard. Il rejoint ainsi le club très fermé des 27 établissements à 3 étoiles. Au niveau comptage, la France compte 79 établissements 2 étoiles (dont 6 nouveaux) et 504 une étoile (dont 57 nouveaux). Voici les heureux lauréats de l'année 2014 :
3 étoiles
Reims (51) L'Assiette Champenoise
2 étoiles
Cassis (13) La Villa Madie
Chantilly (60) La Table du Connétable
Courchevel 1850 (73) Le Kintessence
Kaysersberg (68) Le Chambard
Mulhouse (68) Il Cortile
Paris 16ème (75) Akrame
1 étoile
Aix-en-Provence (13) Le Saint Estève
Banyuls (66) Le Fanal
Beaune (21) Le Jardin des Remparts
Beaune / Pommard (21) Christophe Quéant-Château de Pommard
Bélesta (66) La Coopérative
Boeschepe (59) Auberge du Vert Mont
Bourgoin-Jallieu (38) Domaine des Séquoias
Brétignolles-sur Mer (85) J-M Pérochon
Briançon (05) Le Pêché Gourmand
Brive-la-Gaillarde (19) La Table d'Olivier
Cannes (06) Sea Sens
Charmes-sur-Rhône (07) Le Carré d'Alethius
Chassagne Montrachet (21) Ed.Em
Dijon (21) Loiseau des Ducs
La Flèche (72) Le Moulin des Quatre Saisons
Fleurie (69) Auberge du Cep
Fleurville / Mirande (71) La Marande
Lagarde d'Apt (84) Le Bistrot de Lagarde
Leucate (11) Klim & Ko
Lyon (69) L'Alexandrin
Lyon (69) Takao Takano
Lyon (69) La Rémanence
Lyons la Forêt (27) La Licorne Royale
Maringues (63) Le Carrousel
Marseille (13) L'Alcyone
Megève (74) 1920
Megève (74) La Table de l'Alpaga
Mirambeau (17) Château de Mirambeau
Monestier (24) Les Fresques
Monte-Carlo (MC) Elsa
Montner (66) Auberge du Cellier
Mougins (06) Paloma
Nancy (54) La Maison dans le Parc
Paris 1er (75) Jin
Paris 2ème (75) Goust
Paris 7ème (75) ES
Paris 8ème (75) Okuda
Paris 8ème (75) La Scène
Paris 11ème (75) Qui Plume la Lune
Paris 11ème (75) Septime
Paris 16ème (75) St-James Paris
Paris 17ème (75) Rech
Paris / Ville d'Avray (92) Le Corot
Plouider (29) La Butte
Roure (06) Auberge le Robur
St-Amour Bellevue (71) Auberge du Paradis
St-Amour Bellevue (71) Au 14 Février
St-Brieuc (22) Youpala Bistrot
St-Gervais-les-Bains (74) Le Sérac
St-Jean-de-Blaignac (33) Auberge St-Jean
St-Pol-de-Léon (29) Auberge la Pomme d'Api
La Souterraine (23) Château de la Cazine
Strasbourg (67) 1741
Toulouse / Quint-Fonsegrives (31) En Pleine Nature
Uzès (30) La Table d'Uzès
Vannes (56) Roscanvec
Les Vans (07) Likoké

Les étoiles supprimées 2014
Suppressions 3 étoiles 
Paris 8ème (75) Alain Ducasse au Plaza Athénée
Suppressions 2 étoiles 
Paris 8ème (75) Senderens
Pont du Gard / Collias (30) Hostellerie Le Castelles
Saint-Emilion (33) Hostellerie Plaisance
de 2 étoiles à 1 étoile
Lyon (69) Auberge de l'Ile
Paris 8ème (75) Apicius
Porto Vecchio (20) Casadelmar
La Turbie (06) Hostellerie Jérôme
Vence (06) Le Saint Martin
Suppressions 1 étoile
Aix-en-Provence (13) Clos de la Violette
Andrézieux-Bouthéon (42) Les Iris
Arles (13) Le Cilantro
Astaffort (47) Une Auberge en Gascogne
Les Baux-de-Provence (13) La Cabro d'Or
Le Bar-sur-Loup (06) Hostellerie du Château
Bayeux (14) Château d'Audrieu
Bordeaux (33) Le Pressoir d'Argent
Bray-et-Lu (95) Les Jardins d'Epicure
Cahors / Mercuès (46) Château de Mercuès
Carcassonne (11) Michel del Burgo
Chamonix-Mont-Blanc (74) Auberge du Bois Prin
Chantilly (60) Carmontelle
Chassagne Montrachet (21) Le Chassagne
Compiègne (60) Alain Blot
Conteville (27) Auberge du Vieux Logis
Corse / Porto-Vecchio (2A) U Santa Marina
Fleurie (69) Le Cep
Hendaye (64) Maison Eguiazabal - Le Bar à Vin
Limoges (87) Amphitryon
Ligny-en-Cambrésis (59) Château de Ligny
Lyon (69) L'Effervescence
Lyon/Rillieux-la-Pape (69) Larivoire
Morteau (25) Auberge de la Roche
Nice (06) Aphrodite
Nice (06) Le Bistro Gourmand
Paris 7ème (75) 35° Ouest
Paris 7ème (75) Le Divellec
Paris 8ème (75) Stella Maris
Paris 8ème (75) L'Instant d'Or
Paris 9ème (75) Le Lumière
Paris 17ème (75) La Bigarrade
Paris/ Neuilly- sur-Seine (92) La Truffe Noire
Peillon (06) Auberge de la Madone
Perros-Guirec (22) Le Bélouga
Rouffach (68) Philippe Bohrer
St-Agrève (07) Faurie
La Saussaye (27) Manoir des Saules
Vaison-la-Romaine (84) Le Moulin à Huile


dimanche 23 février 2014

Omnivore World Tour Paris 2014

Pour son 10ème anniversaire, l’Omnivore World Tour pose ses valises sur Paris du 16 au 18 mars 2014 avec pas moins de 42 chefs cuisiniers et pâtissiers, de 13 nationalités différentes. L’omnivore World Tour, c’est la mise en valeur des chefs méconnus et talentueux, un trait d’union entre les chefs français et leurs homologues internationaux. Une occasion pour vous de les découvrir grâce aux « Fucking dinners », où un chef est accueilli par un autre chef dans son restaurant, pour concocter un dîner à 4 mains, ou parfois à 2 mains seulement. Une manière pour nous de déguster à la cuisine d’un chef étranger sans nous ruiner en billet d’avion ! Le format du programme d’Omnivore World Tour sur Paris reste fidèle à sa ligne directrice. La mise en scène salé et sucré avec des démonstrations de chefs, la mise en valeur des beaux produits par les artisans.
Voici un aperçu du programme des scènesLa scène salé verra se succéder les chefs Christian Puglisisi (Relae, Copenhague), Jean-François Piège (Thoumieux, Paris), Florent Ladeyn (L’Auberge du Vert Mont, Boeschepe), David Toutain (RestauranDavid Toutain, Paris), ou encore Sang Hoon Degeimbre (L’Air du Temps, Liernu).Côté sucré, on aura le plaisir de découvrir Ludovic Chaussard (Gâteaux Thoumieux, Paris), Laurent Jeannin (Le Bristol, Paris) ou encore Laurent et Vincent Folmer (Couvert Couvert, Heverlee).
Pour les artisans qui présentent leurs produits. On pourra y rencontrer le duo Alexandre Drouard et Samuel Nahon (Terroirs d’avenir, Paris) mais aussi le boulanger Christophe Vasseur (Du Pain et Des Idées, Paris), le vigneron Anselme Selosse (Domaine Jacques Selosse, Avize), ou encore le brasseur Jean-Pierre Van Roy (Cantillon, Bruxelles).
Pour les « Fucking dinners », voici le programme
Samedi 15 mars 2014
Pierre Sang Boyer invite Colin Fassnidge (Four in Hand, Sydney) dans son restaurant Pierre Sang in Oberkampf. Réservation : reservationspierresang@gmail.com
Dimanche 16 mars 2014
David Toutain invite Christiant Puglisi (Relae, Copenhague) chez lui, dans son nouveau Restaurant David Toutain. Réservation : 0145501110
Lundi 17 mars 2014
Yannick Alléno invite Mathieu Viannay (La Mère Brazier, Lyon) dans son restaurant Terroir Parisien. Réservation : 0144315454
Bruno Verjus invite Guillaume Monjuré (Palégrié, Lyon) dans son restaurant Table. Réservation : 0143431226
Mardi 18 mars 2014
William Ledeuil invite Pedro de Artagao (Iraja, Rio de Janeiro) dans son restaurant Ze Kitchen Galerie. Réservation au 0144320032

 Devant le succès de cette manifestation, il est prudent de réserver sa place dès à présent. Pour plus d’informations et pour réserver, cliquez ici.
Pour participer au festival :
Pass journée : 40 euros
Pass 3 jours : 109 euros

samedi 22 février 2014

Japan Eat Good : l’initiation aux saveurs nippones continue pour les parisiens

Après son opération de Ramen Week sur Paris au mois de janvier, le ministère de l’agriculture, des forêts et de la pêche japonaise continue à faire connaître aux parisiens les ingrédients phares de sa cuisine avec la deuxième édition du Japan Eat Good. Jusqu’à fin mars 2014, à travers un circuit shopping allié à des dégustations gratuites (même au marché des enfants rouge), des cours de cuisine gratuits, la collaboration de 7 chefs tendances de la capitale, vous pourrez mieux faire connaissance avec le dashi, le miso, le saké, la sauce de soja, le yuzu…). Les inscriptions pour les cours de cuisine gratuit à l’atelier des Sens sont ouvertes pour le mois de mars 2014. Pour vous y inscrire, cliquez ici.  Vous aurez le choix entre un menu finger food, un menu dessert, un menu complet (ravioli de crabe, gelée au citron et yuzu / espadon au sésame noir, rissotto au bouillon dashi/ panna cotta au thé matcha). Côté restaurants, vous avez les chefs comme Pierre Sang Boyer, Romain Tischencko, Gontran Cherrier qui vont utiliser les produits nippons à leur sauce. Dès ce weekend, vous pourrez déguster la première recette avec la crêpe salée saumon, chèvre, algues et la crêpe sucré crème fouettée au thé matcha au West Country Girl, Paris 11ème. Vous aurez aussi la version nippon touch avec les hamburgers de chez Blend, les choux de Popelini, les pizzas de Pink Flamingo. Pour connaître ces 7 restaurants qui participent à cette opération et les dates, cliquez ici. Si vous passez par le salon de l’agriculture de Paris, le stand Japan Eat Good se trouve au hall 7.3, stand C32.

vendredi 21 février 2014

Le guide de l’amateur de fromages de Marie Anne Cantin

En fermant « Le guide de l’amateur de fromages », je me rends compte que je déguste finalement à peu près les mêmes fromages, soit environ une vingtaine. Or, dans ce livre très pratique, je découvre plus de 150 fromages avec leurs fiches descriptives, photos à l’appui, sur leurs goûts, leurs textures, leurs poids, le type de lait utilisé pour les fabriquer et leurs histoires. De quoi ouvrir de nouveaux horizons gourmands entre les  pâtes molles à croûte fleurie, les pâtes molles à croûte lavée, les pâtes pressées non cuites, les pâtes pressées cuites, les pâtes persillées, les chèvres…  
L’auteur de ce guide n’est autre que Marie Anne Cantin,  un « fromager affineur » installé 12 rue de champs de mars à Paris. Elle perpétue la savoir –faire familiale de sa maison ouverte depuis 1950 avec des produits fromagers de qualité. Femme passionnée par son métier, elle a fondé l’association pour le respect des traditions fromagères françaises, pour promouvoir le fromage au lait cru et encourager la protection des races animales et de leur alimentation. Dans sa boutique, vous pourrez bénéficier non seulement de ses conseils mais aussi procéder à de vraies séances de dégustations commentées (mes amis étrangers adorent !). Si vous êtes loin de Paris, elle vous initie dans son livre à l’art de savourer le fromage, comment l’acheter et le conserver, comment composer un plateau, comment découper chaque type de fromage, comment l’accorder à la fois avec les pains et les vins ! Pour découvrir cette belle maison et faire saliver déjà vos papilles, cliquez ici. 
Mon coup de cœur ? Le truffé de la Marne : un fromage de la Marne frais et crémeux aux truffes, disponible jusqu’au début du printemps. En effet, il y a aussi une vraie saisonnalité dans la dégustation des 1200 fromages de France, avec 46 fromages, 3 beurres et une crème AOP! Si vous n’avez pas le temps de cuisiner, pensez à un dîner tous fromages, accompagnés d’une belle salade, de bons pains et de bons vins ! Le guide vous aidera à surprendre vos convives !

Bella, la vache tarentaise vous attend au salon de l’agriculture de Paris 2014

Cette année, c’est Bella, la vache tarentaise qui est la mascotte du Salon de l’Agriculture de Paris. La plus grande ferme de France ouvre ses portes dès demain 22 février jusqu’au 2 mars 2014, à la porte de Versailles. Bella, cette belle vache de montage, à la couleur fauve, aux cornes en forme de lyre vient spécialement de la vallée de la Maurienne pour vous rencontrer. Comme chaque année, cette nouvelle édition va ravir les parisiens, petits et grands, en soif de ruralité et de produits du terroir. Pour les agriculteurs qui viennent de toute la France, c’est aussi une belle fête. Pour la majorité, c’est la seule sortie annuelle de leur exploitation. Cette année, le salon de l’agriculture met en avant une agriculture en mouvement, avez l’entrée des nouvelles technologies et les évolutions de la génétique, l’émergence d’une agriculture urbaine à travers les jardins partagés et les potagers verticaux sur les toits des immeubles. Sur les chiffres, vous aurez 1000 exposants provenant de 22 pays, plus de 3500 animaux à admirer, 4600 produits à déguster et 16400 vins à découvrir. Ce salon, c’est une immersion dans les saveurs et les recettes régionales. C’est aussi un grand restaurant où en une seule journée, vous pourrez déguster à la cuisine des toutes les régions de France et d’ailleurs. Un parcours gastronomie et vin est fléché pour les visiteurs pressés. Prenez le temps d’assister aussi à la remise des médailles du concours agricole. C’est un grand moment d’émotion à voir la fierté de ces agriculteurs récompensés pour leur travail de qualité, qui fait la gloire de la France ! Pour préparer votre visite, cliquez ici.

mercredi 19 février 2014

Montréal en lumière 2014 : vos papilles seront aussi à la fête !

Pour vous qui avez la chance d’être à Montréal, profitez bien de « Montréal en lumière » qui fête sa 15ème édition dès demain jusqu’au 2 mars 2014. Cette vraie fête au cœur de l’hiver est un mix de notre fête des lumières à Lyon, de la nuit blanche à Paris avec comme à chaque édition, un vrai volet gastronomique. Plus de 255 événements gourmands vous attendent dont 9 gastronomiques à partie de 25$. Les fromages du Québec sont mis à l’honneur avec la soirée découverte « Chefs et fromages d’ici » le samedi 22 au grand salon du Fairmont Le Reine Elisabeth où vous pourrez déguster à 12 créations culinaires de fromage de trois services crées par les 4 finalistes de l’émission Les Chefs 2013. Les amitiés gourmandes vous permettent de découvrir la cuisine d’un chef associé à un partenaire qui peut être un ami, un ancien collègue ou un mentor ! Le 5 à 7 A boires vous initient à la dégustation des vins à base d’oranges. Côté grands chefs, vous pourrez déguster à la cuisine haïtienne du chef Stephan Berrouet Durant de Plaza Hôtel de Port au Prince. Ce repas convivial est animé par des troubadours haïtiens. Le grand repas et spectacle louisianais de Zachary Richard avec le chef Patrick Mould affiche déjà complet ! Mais juste pour vous faire saliver, voici le menu du souper servi au Balmoral. En amuses- bouche, bouchée de crevette au concombre avec une cream chesse créole, andouille de canard au gombo avec riz de la Louisiane, poire au gorgonzola, salade aux noix de pécan arrosée d’une vinaigrette aux herbes et de sirop de canne à sucre, gâteau au chocolat noir et noix de pécan, sauce crème au rhum. Côté sensorielle, vous êtes invité à la conférence sur le « Goût du pain » de Philippe Roussel. Pour découvrir le programme détaillé, cliquez ici.

Vente aux enchères de l’hôtel Lutetia avant les travaux de rénovation, Paris

Après l’hôtel du Crillon, c’est au tour de l’hôtel Lutetia à Paris de vendre tout le contenu de son hôtel du 19 au 25 mai 2014 avant travaux. Suite au succès des ventes constatées chez Artcurial pour l’hôtel du Crillon, tous les passionnés du seul hôtel mythique de la rive gauche commencent déjà à se positionner sur les 3000 objets et 8000 bouteilles ! Construit en 1910 par madame Boucicaut propriétaire du grand magasin « Le bon marché » pour que ses clients importants de province puissent se loger dans un établissement de leur standing quand ils venaient faire leurs courses à Paris, l’hôtel est devenu rapidement le repère des artistes dont certains y vivent même à l’année comme Picasso, Matisse, André Gide… D’autres célébrités y séjournèrent aussi comme Antoine de Saint Exupéry, Alexandre David Neel, Joséphine Baker, Pierre Bergé, Yves Saint Laurent ou le général de Gaulle pour sa nuit de noce ! L’hôtel Lutetia est un hôtel art déco avec l’un des premiers bars au style art déco à Paris. Certaines de ses suites sont dessinées par les artistes comme Arman, César…  Tout le mobilier des restaurants orchestrés par le chef Philippe Renard est aussi à la vente, ainsi que tous les arts de la table et tout le matériel de cuisine ! La vente aux enchères sera assurée par la maison Pierre Bergé & Associes, en collaboration avec la maison Métayer. Cette vente s’annonce déjà comme la promesse d’un grand succès. Il ne vous reste plus qu’à affûter votre carte bleue si vous désirez posséder une partie du passé prestigieux de cet hôtel ! 

La pizza longue conservation de l’armée américaine

Dans les enquêtes de satisfaction des soldats américains en matière de restauration, la pizza fait partie de leurs plats préférés, année après année. Pour assurer le moral des troupes, des chercheurs d’un laboratoire militaire de Massachusetts viennent de mettre au point une pizza longue conservation d’une durée de trois ans. Cette pizza conditionnée en portion individuelle se conserve à température ambiante, et ne nécessite aucune conservation au froid. Tout le travail des chercheurs consiste à éviter la migration de l’humidité du fromage, de la sauce tomate et de la garniture de la sauce vers la pâte, qui favorise le développement des moisissures. Pour que la pizza garde une stabilité en matière de goût, le laboratoire a travaillé aussi sur l’acidité de la sauce, du fromage et de la pâte. Les GI pourront déguster cette pizza que dans quelques années. La seule différence réside dans la température de service de la pizza. Sur le terrain des opérations militaires, si les GI n’ont pas le temps de le réchauffer, ils le dégusteront froide, toujours à la main et non avec les couverts comme l’avait fait le maire de New York Bill de Blazio !

samedi 15 février 2014

Restaurant Day à l’institut Finlandais Paris

Le concept du Restaurant Day nous vient tout droit d’Helsinki. C’est un peu comme la fête de la musique appliquée à la cuisine. Dans le monde entier, tous les particuliers peuvent ouvrir un « restaurant éphémère de rue » d’un jour pour faire connaître, partager  leurs talents culinaires. Pour y participer, il suffit de s’inscrire sur le site de l’événement pour être localisé. Pour mieux faire connaître cette journée, l’institut Finlandais à Paris vous invite à son Restaurant Day à Paris le dimanche 16 février 2014 de 11 à 17 heures pour vous faire découvrir la cuisine nordique. Vous pouvez déguster aux préparations de différents chefs d’un jour. 
Au menu par la Curieuse Compagnie,  le Lihapyörykät (boulettes de viande), le Laskiaispulla (brioches de Mardi gras), le tout accompagné d'un verre de Glögi (vin chaud).  Par Appeti, un roulé de truite fumée et son dip sauce cerise, des veggies meatballs fricotant avec du quinoa haricot plat, gâteau de crêpes mascarpone & fruits rouges ou gâteau suédois pommes moelleuses et amandes. 
Un atelier dessert vous propose le Karjalanpiirakka (tartelettes de Carélie au seigle et au riz), l’Omenahyve (crumble aux pommes à la finlandaise). Rendez-vous sur le site pour découvrir les menus des autres restaurateurs d’un jour !
Institut finlandais. 60, rue des Écoles, 75005 Paris.


vendredi 14 février 2014

Les champagnes Thiénot à la cérémonie des Oscars

Cocorico ! Pour la deuxième année, l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences a de nouveau choisi la maison de champagne Thiénot pour célébrer la 86ème cérémonie des Oscars qui aura lieu de dimanche 2 mars 2014 à Dolby Theater d’Hollywood. Le même champagne sera servi aussi au prestigieux bal des Gouverneurs, la soirée officielle des Oscars. Les 1500  invités sableront le champagne Thiénot brut pendant le pré-show, tandis que les cuvées Thiénot rosé et Thiénot vintage 2005 seront servis au bal des gouverneurs, associée au menu signé du chef Wolfgang Puck.
C’est une belle consécration pour cette maison indépendante et familiale de champagne située à Reims. Sablez aussi ce merveilleux champagne Thiénot pour vous rapprocher des stars d’Hollywood. Pour découvrir les cuvées de champagne Thiénot, cliquez ici.


The happy Show de Stefan Sagmeister à la Gaîté Lyrique, Paris

Avez-vous la banane ? Sentez-vous le bonheur en vous ? Si vous n’êtes pas sûre de votre réponse, rendez-vous à la gaîté lyrique à Paris pour vivre l’exposition The Happy Show du graphiste Stefan Sagmeister, sur la thématique intemporelle du bonheur jusqu’au 9 mars 2014. Il vous entraine dans l’exploration d’un bonheur sensoriel et intellectuel, à travers un parcours qui vous invite à danser, écouter, déguster, apprendre et jouer à travers différentes installations qui parsèment les espaces.  
A travers un parcours ludique, il vous présente ses constations et interrogations sur la quête du bonheur sous forme de fresques, travaux graphiques, vidéos, installations interactives, le tout dans une ambiance jaune poussin revitalisante ou jaune banane. Vous ne connaissez pas Stefan Sagmeister ? Vous avez vu sûrement les pochettes d’album qu’il réalisées pour Lou Reed, The Talking Heads ou encore The Rolling Stones. Sa scénographie n’utilise que deux couleurs, le noir et le jaune de la banane. La banane est d’ailleurs un des fruits fétiches dans ses œuvres. 
En 2008, sur un mur de la galerie Deitch Projects, à New York, il déploie Banana Wall, ahurissante mosaïque constituée de dix milles bananes jaunes et vertes composant la phrase Self-Confidence Produces Fine Results (la confiance en soi génère de bons résultats). Il n’hésite pas à donner de sa personne dans ses œuvres. 
Pour une exposition au Japon, il a composé une affiche où on le voit en slip, prise à une semaine d’intervalle avec les emballages des produits qu’il a consommé, où il a pris 11 kilos entre les deux clichés. Une image vaut mille discours. Vous aussi, pendant l’exposition, il vous mettra à contribution ! Souriez et goûter par exemple à ce tas de carré de sucre qui vous fait de l’œil, ou pédalez sur le vélo pour livre votre message de bonheur ! Pour préparer votre visite, cliquez ici.

jeudi 13 février 2014

Dans la cuisine de Thomas Jefferson, Monticello

Presidents Obama and Holland are in the kitchen ? Where is the kitchen ? C’est la première fois que je vois une image de deux présidents visitant une cuisine, mais pas n’importe laquelle. 
Lundi, le président français François Hollande a entamé son voyage aux Etats-Unis par une visite du domaine de Monticello, résidence historique de Thomas Jefferson, avec comme guide, le président des Etats-Unis Obama lui-même. Cette première visite est une manière de rappeler les liens historique entre les deux pays, et une véritable marque d’attention du président américain. Thomas Jefferson (1743-1826), francophile,  était le troisième président des Etats Unis. Il était surtout le représentant du gouvernement américain en France dans les années 1780. Il était aussi l’auteur de la déclaration d’indépendance. 
Pour s’y rendre, le président français a eu l’honneur de voyager dans le fameux Air Force One, avec une collation chic servi à bord. La maison, de style néo-classique était dessinée par Jefferson lui-même, s’inspirant de ce qu’il avait vu en Europe. Le style de la cuisine est défini comme moitié français, moitié virginien. Sa conception était considérée comme novatrice à l’époque.
 Michelle Obama n’hésite pas à clamer que pour son potager à la Maison Blanche, elle s’était inspirée du potager de légumes du président Jefferson dans sa propriété. Ce président précurseur aimait les légumes et sa table à Monticello de l’époque servaient déjà les nouveautés comme la pomme de terre en friture et en purée, des gombos, des cacahuètes, de la patate douce, des aubergines, le sésame, la tomate. Le livre « Thomas Jefferson’s Crème brulée : how a founding father and his slave James Hemings introduced French Cuisine to America » nous raconte les premiers pas de la cuisine française sur le sol américain, grâce au président Jefferson. Pour visiter sa maison à Monticello, cliquez ici.


Menu du déjeuner des Tycoon du web, invités de la France, au restaurant à La folie San Francisco

Lors de la dernière étape de sa visite d’Etat aux Etats-Unis, le président français François Hollande a passé huit heures à San Francisco pour séduire les géants du web à investir en France et pour vendre la french touch et le savoir-faire français dans le domaine. En stratégie de séduction, rien ne vaut un vrai repas français et de fins vins pour délier les langues et resserrer les liens. Onze grands patrons du web dont Sheryl Sandberg de Facebook, Eric Schmidt de Google, Jack Dorsey de Twitter,  Mitchell Baker de Mozilla Foundation, étaient donc conviés à déjeuner par la France dans le restaurant « A la folie » tenu par le chef Roland Passot. L’organisation de ce repas d’exception a été faite en collaboration avec le Palais de l’Elysée. Les convives ont dégusté une salade de crabe de San Francisco, avec une panna cotta de pomme fenouil, assaisonnée d’une vinaigrette d’orange sanguine, un canard à l’orange et une tarte tatin avec une glace au whisky. L’ensemble fut servi avec des vins français dont un champagne Laurent Perrier Brut. Le menu, validé par l’Elysée, garde une simplicité chic, avec sa touch frenchy.

Pour découvrir la cuisine du chef Roland Passot du restaurant A la Folie, cliquez ici.

mardi 11 février 2014

Menu du dîner d’Etat du président français à la Maison Blanche

Le président français François Hollande est arrivé hier aux Etats-Unis pour une visite d’Etat. Ce soir, le président Barak Obama et son épouse Michelle Obama offrent un dîner d’Etat pour honorer leur invité de marque.  Une visite d’Etat et un dîner d’Etat sont des événements rares durant la présidence Obama pour souligner ce privilège et cette marque d’amitié adressée à la France. Ce sera le septième dîner d’Etat des Obama (Inde en novembre 2009, Mexique en mai 2010, Chine en janvier 2011, Allemagne en juin 2011, Corée du Sud en octobre 2011, Angleterre et Irlande en mars 2012). Plus de 350 invités triés sur le volet auront le privilège d’y participer, dont beaucoup de contributeurs de la campagne d’Obama. L’avantage avec les américains, c’est qu’ils savent communiquer en détail sur l’événement. Ainsi, une présentation des détails de ce dîner d’Etat était faite à la presse hier, à la fois sur le menu et sur les arts de la table dans le Blue Room, la Salle Bleue où les deux présidents signeront le livre d’or avant le dîner, et avant d’accueillir leurs invités. Ce dîner sera orchestré par la chef de cuisine Cris Comerford et le chef pâtissier Bill Yosses, qui parle parfaitement le français.
Au menu
Caviar de l’Illinois, œufs de caille de Pennsylvanie et velouté de pomme de terre. Le velouté est confectionné avec douze variétés de pomme de terre de New York, l’Idaho et la Californie.
Salades, en hommage aux légumes du potager de la first lady, Michelle Obama. Il s’agit d’un mélange de bébés carottes très tendre, de radis, de la laitue, éclaboussée une vinaigrette au vin avec du miel de la ruche de la Maison Blanche. Cette salade est servie dans un bol en verre clair comme dans une serre.
Bœuf du Colorado avec un crisp de fromage au bleu du Vermont, pleurotes, blettes  et échalotes braisés. Le bœuf provient d’une ferme de Greeley, le fromage un jasper hill farm blue cheese crisp de Greenborough, du Vermont. La viande a été vieillie et maturée à la ferme.
Gâteau au chocolat d’Hawaï, glace à la vanille de Pennsylvanie, mandarines de Floride. Le gâteau est à base de chocolat malté.
Clin d’œil à la royauté française, après le dessert, les invités peuvent déguster des roses rouges et des fleurs de lys tirés en sucre, en écoutant la chanteuse Mary J Blige. Il y aura aussi des caramels fudge au sirop d’érable du Vermont, de la barbe à papa saupoudré de poudre de zeste d’orange et des sablés à base de lavande. L’assiette de service est aussi en sucre tiré. Admirez le rappel des couleurs du drapeau français dans cette assiette de mignardises.
Les vins servis proviennent de Napa Valley, Washington State et un chardonnay de Monticello.

Les compositions florales sont de Laura Dowling, qui a étudié l’art floral en France et y a passé 15 ans. Elle va créer des bouquets d’inspiration française qui évoqueront les tableaux de Monet avec branches de coing, feuille d’acacia, iris blanc et violet, bambou !

samedi 8 février 2014

Les filles à fromages à la Milk Factory, Paris

Le fromage est-il un tue l’amour ? A admirer l’exposition photos avec entrée libre jusqu’au 26 avril 2014 des Filles à fromages signée Thomas Laisné à la Milk Factory, la réponse est non ! Les filles françaises peuvent manger du fromage tout en restant belle et sexy ! Chaque jour, des dizaines de « filles à fromages » viennent rejoindre les rangs de ce qui s’annonce déjà comme le plus grand mouvement féminin jamais créé autour de la passion partagée du Salers, du Roquefort, du Reblochon ou du Rocamadour. Parmi elles, il y a  Elizabeth Tchoungui, Donia Eden, Alexandra Rosenfeld, Joséphine Drai, Amandine Chaignot, Julie Bargeton, Delphine Depardieu, Maya Lauqué,  Farida la foodista. Sans tout vous dévoiler, vous saurez qu’Alexandra Rosenfeld aime le brillat savarin, Amandine Chaignot, les vieux comtés et les beauforts. Comme ces pipoles, vous pouvez aussi, si vous êtes une fille, être membre du Cercle officiel des filles à fromages. Et plus si affinités (COFFE). Il suffit de vous inscrire en déclarant votre fromage préféré. A quand un club des « mecs à fromages » ? Au-delà des aspects bobo, sexy et arty, cette exposition est une vraie découverte ou redécouverte des meilleurs fromages français. Pour plus d’information pour visiter l’exposition, cliquez ici sur le site de la Milk Factory.

vendredi 7 février 2014

La restauration du village olympique de Sochi

Nous le savons, une bonne alimentation est capitale pour un athlète, en quête de médaille d’or ! La mission de la restauration du village olympique du Sochi est de satisfaire non seulement les besoins nutritionnels des athlètes en suivant le cahier de charges édicté par le CIO et sa mission médicale, mais aussi aux goûts culturels et aux  attentes religieuses de chaque nation qui participe aux jeux. Si les américains sont sûrs de retrouver leur hamburger grâce à la présence de Mc Donald qui sponsorise les jeux depuis 1968, ils pourront comme les autres participants goûter à quelques valeurs sûres de la cuisine russe. La recette star sera le bortsch, une soupe salée à base de betterave rouge. Les cuisines prévoient d’en servir plus de 300 000 litres durant la période des jeux. Il y aura le blini, des crêpes russes très fines qui accompagnement traditionnellement le caviar / le pelmeni, des boulettes russes à base de viande hachée, de champignons ou de poissons / le shashlyk, le shish kebab à la russe. Le samovar, récipient traditionnel pour faire bouillir l’eau du thé sera aussi présent et en service. Quelques chiffres :
La superficie des espaces restauration représente 4000m2 avec une capacité de 30 000 places et 1000 points de restauration.
Plus de 7500 tonnes de nourritures seront consommées durant les jeux.
8000 personnes entre chefs, brigade de cuisine, personnel en salle et caissier assurent le service.
15€ est le prix moyen de repas vendu dans le parc olympique.

Pour suivre l’actualité des jeux olympiques de Sochi, cliquez ici.

mercredi 5 février 2014

Dîner des étoiles d’Alsace : quand la ville de Strasbourg la romantique réinvente la fête des amoureux !

En débarquant dans la ville, de belles affiches vous annonce d’emblée qu’à Strasbourg, la saint Valentin dure 10 jours, du 7 au 16 févier 2014 ! 
Cette ville si romantique avec ses canaux, ses maisons à colombages, sa gastronomie, son vin vous réinvente toute simplement la fête des amoureux, avec un programme bulle de champagne qui brûle vos 5 sens.
L’ouïe, avec une soirée inaugurale à l’opéra national du Rhin et des duos d’amour à la cathédrale
La vue, sous le Pont des Soupirs dans le quartier historique de la petite France où les amoureux pourront observer le cadre carte postale, se susurrer des mots d’amour entre deux gorgés de crémant d’Alsace.
Le toucher avec le bal à la guinguette des amoureux au café Brant, ou la saint valentin expérience où les amoureux pourront changer de partenaire…le temps d’une partie de tennis !
L’odorat et le goût par de « Dîner des étoiles d’Alsace » le 13 février 2014 à 20 heures, dans la grande salle d’Aubette, place Kléber. Les chefs du groupement des étoiles d’Alsace vont créer un dîner d’exception en rendant hommage à trois grandes amoureuses qui furent aussi de fines gastronomes : Georges Sand, Colette et la marquise de Sévigné. La présentation de chaque plat sera précédée de la lecture de leur écrit amoureux.
Le dîner se déroule en 4 actes entre les mets et les mots. Voici le menu :
Aiguiser ses sens
Tartare de canard aux truffes / terrine de queue de bœuf et gambas au gingembre et à la citronnelle / Rillette de tourteau et dorade à la grenade et yuzu / Cocktail « Strasbourg mon amour », Miss Massenez & Gentleman Massenez
Trouver la volupté cachée
Lecture George Sand en escale à Venise avec Alfred de Musset.
Cannelloni de foie gras de canard poêlé à l’émulsion de truffes noires.
Château Coutet, 1er grand cru classé de Barsac 2006
S’étourdir de plaisir
Lecture Marie de Rabutin Chantal, Marquise de Sévigné
Marquise de homard, pépite de saumon, sauce émoustillante au corail
Paradis Blanc, Anjou Blanc, château de la Mullonnière 2011
S’abandonner enfin !
Lecture Sidonie Gabrielle Colette
Le « téton de Vénus » : mousse poire chocolat, compotée de poires, sablé breton et cœur d’ingénue libertine.
Pinot gris « treille d’amour », sélection de grains nobles 2003, domaine Jacques Maetz à Rosheim.
Le désir noir et son escorte.
Le prix est de 169€ par personne qui comprend le repas, les boissons, les vins et les animations. La réservation se fait auprès de l’office de tourisme de Strasbourg au 03 88 52 28 22.

Pour découvrir le programme détaillé de ces 10 jours d’amour, cliquez ici. Pour mémoire, Strasbourg a attiré les visiteurs à toutes les époques et abrité les idylles de nombreux personnages célèbres : Victor Hugo et Juliette Drouet, Honoré de Balzac et Eve Hanska, Goethe et Frédérique Brion…Pourquoi pas vous ?

Les marrons chauds grillés de la cathédrale de Strasbourg

Les marrons chauds ont de la gueule à Strasbourg. Ils sont grillés dans de jolies locomotives qui rappellent le temps passé, avec une jolie mise en scène. Je suis tombé sur la première vendeuse de marrons chauds au pied de la cathédrale de Strasbourg, puis sur une autre locomotive place Gutenberg. 
En échangeant avec mes amis alsaciens, ils m’ont dit qu’ils sont partout en ville. Comme dans les sagas, j’ai appris que quatre clans italiens et corse se partagent le marché : les Franchi, les Toscani, les Ferrari, les Filippi. Qui a lancé le concept ? C’est là que la version de chacun diverge. Une chose est sûre, la première locomotive à marrons à Strasbourg est lancée dans les années 1930 par un jeune immigré italien. Est-ce Joseph Franchi, ou Jean Ferrari ? Ces grilleurs de marrons ont même crée leur syndicat, avec les affaires qui se transmettent de père en fils. Une chose est sûre, les marrons grillés sont délicieux, sucrés à point, surtout lorsqu’on les consomme par temps de froid. Ils sont fendus en croix avant de passer par la chaleur de la locomotive.  Le prix d’appel commence à 2€ avec 150g de marrons grillés. Un pur bonheur !

mardi 4 février 2014

Dessance Paris, un restaurant 100% dessert !

Avec Dessance, le premier restaurant haut de gamme 100% dessert, les becs sucrés sont enfin au paradis ! Plus besoin de subir le calvaire salé de l’entrée, plat, fromage. Ils peuvent attaquer de suite le sucré ! Cet ovni sucré est ouvert par Philippe Baranès, déjà patron du Braisenville Paris.  C’est Christophe Boucher (ex chef pâtissier du Grand Véfour et de Ledoyen) qui signe les desserts confectionnés avec des fruits, des produits laitiers, mais aussi de légumes, d’herbes, de baies, des céréales. 
Exemple de desserts dégustés?  Une mise en bouche de coing, orange clémentine, granité sangria, écume de coriandre / Une pomme confite crue et cuit, avec une purée de vitelotte très flashy, roquette de granité de marjolaine. Dans ce restaurant, on ne parle pas de pâtisseries, mais de desserts gourmands dressés à l’assiette. Il se trouve dans le branché Marais. Pour plus d’informations, cliquez ici sur le site ou sur leur page facebook.

lundi 3 février 2014

L’identité passe à table : l’avenir gastronomique de l’humanité en général et de la France en particulier.

Dans cet entretien avec Monique Nemer, Pascal Ory, historien, avance une théorie et tente de répondre à quelques questions importantes. Qu'est-ce exactement que la gastronomie ? En quoi l'histoire française de la gastronomie nous éclaire-t-elle sur l'identité de la France ? 
Voici la présentation du livre : « En inscrivant le repas gastronomique des Français sur la liste du « patrimoine culturel immatériel » de l’humanité, l’Unesco a mis en pleine lumière le lien qui unit les pratiques alimentaires à la délicate question de l’identité collective.
Dans cet entretien avec Monique Nemer, Pascal Ory avance une théorie de ce rapport et tente de répondre, au passage, à quelques questions non dénuées d’importance. Qu’est-ce exactement que la gastronomie ? Y a-t-il une « tradition » gastronomique en général et une tradition gastronomique française en particulier ? En quoi l’histoire française de cette gastronomie nous éclaire-t-elle sur l’identité de la France ? Peut-on dire qu’il existe, dans ce domaine, des sociétés hédonistes – comme la française – face à des sociétés puritaines – que serait l’américaine ? En quoi l’histoire de la cuisine est-elle, en fait, celle de deux cuisines, l’une publique, domaine des hommes, l’autre privée, domaine des femmes, et cela est-il en train de changer ?
Et justement, toutes ces configurations peuvent-elles survivre à l’instauration, sous nos yeux, du village Planète ? Comme on le voit, il y a du grain à moudre et du pain sur la planche.
 »
Le sommaire du livre :

Le jour où les Français furent classés par l’Unesco

Où il est question d’identité, et qu’on en a pas honte

Le mythe de la « tradition » gastronomique

L’identité gastronomique française

Puritanisme et hédonisme

L’éternel métissage

L’avenir sera gastronomique, ou ne sera pas