samedi 30 juillet 2016

Pont aven : Paul Gauguin et Traou Mad (la galette de Pont Aven)



Si vous vous rendez la semaine prochaine au festival inter-celtique de Lorient, prévoyez si possible, une journée de plus pour vous rendre à Pont Aven. Cette escapade à Pont Aven, à moins de 40 minutes en voiture de Lorient va vous ravir. Cité des peintres depuis 1850, vous pourrez visiter le musée flambant neuf ré-ouvert depuis mars 2016. 
La collection actuelle vous présente plus de 4500 œuvres consacrées aux artistes de l’école de Pont Aven initiée par Paul Gauguin et ses amis. Vous pourrez aussi déguster le fameux Traou Mad nommée aussi « galette de Pont Aven », un sablé épais inventé en 1920 par Alexis Le Villain, boulanger de Pont Aven ! Traou Mad en breton signifie « bonne chose ». Sa fille, Marguerite a dans les années 1950, a pérennisé l’entreprise familiale jusqu’à devenir la biscuiterie Traou Mad telle qu’on la connaît aujourd’hui. La recette reste inchangée par rapport à ses débuts : beurre frais de Bretagne, œufs de poules élevées en Bretagne, blé français transformé en Bretagne. La galette de Pont Aven, c’est une gourmandise bretonne authentique aux saveurs intactes. L’autre plaisir de ces galettes, c’est l’alliance de la gourmandise et de la peinture. 
Les boîtes en carton ou en fer de ces traou mad sont toujours illustrées avec des images bretonnes. 
Des œuvres de Paul Gauguin comme la célèbre « Ronde  des petites bretonnes » décorent les boîtes de biscuits qui deviennent des collections ! Un logo associant traou Mad et Paul Gauguin scellera ce lien. L’histoire de la peinture à Pont Aven est aussi délicieuse. Depuis le milieu du XIXème siècle, la  ville a accueilli des colonies de peintres, venus chercher des sujets d’inspiration, ainsi qu’un gîte et un couvert bon marché. C’est en 1864 que le destin de ce village bascule. En juillet 1864, Henry Bacon, jeune peintre américain voyage en diligence entre Concarneau et Quimperlé où il se rend pour prendre le train. La diligence fait une escale à Pont Aven qu’il découvre donc par hasard. Il tombe immédiatement sous le charme du village. De retour à Paris, il en parle à ses amis artistes, comme Robert Wylie qui arrive à Pont Aven en 1865. Il y reste jusqu’en 1876 en faisant venir aussi d’autres artistes majoritairement des américains originaires de Philadelphia. 
Une ancienne photo nous montre ces peintres poser devant la pension Gloanec à la fin du XIXème siècle. La réputation de Pont Aven est née. 
Ce sont des difficultés financières qui amènent Paul Gauguin à Pont Aven en 1886. Il est venu à Pont-Aven sur les conseils de Jobbe-Duval dans ce « petit trou pas cher ». La suite, vous le saurez en visitant le musée, en dégustant le traou mad !

vendredi 29 juillet 2016

Connaissez-vous le chouchen ?



Le chouchen est une boisson typique de la Bretagne. Il n’est autre que la version bretonne de l’hydromel, boisson très liquoreuse obtenue à partir de la fermentation du miel dans l’eau. Faire un bon chouchen est un art. En Bretagne, la fermentation du breuvage est déclenchée par l’introduction de jus de pomme fraîchement pressé. Sa saveur et sa couleur multiples dépendent de la variété de miel utilisée. C’est le miel de sarrasin qui est utilisé traditionnellement en Bretagne. D’autres miels comme celui du châtaignier, colza, ou toutes fleurs sont aussi maintenant utilisés. 
En Bretagne, elle est beaucoup bue en apéritif servi frais ou directement en table. C’est une boisson historique, considérée comme un élixir d’immortalité, la boisson préférée des dieux celtes, des druides, et des jeunes mariés. Comme les bons vins, le chouchen doit reposer en cave au moins un an avant d’être bu. Comme le vin, il est utilisé aussi comme un ingrédient culinaire. Sa réduction permet une belle caramélisation qui habille les mets.

jeudi 28 juillet 2016

Le petit marché bio place Jules Ferry à Lorient



En me promenant place Jules Ferry à Lorient, je suis tombé sur ce petit marché bio très sympathique.
Il a lieu qu’une fois par semaine, chaque mardi soir. 
Vous y trouverez les productions locales avec les fruits et légumes, les produits laitiers et les fromages (surtout chèvre), de la viande sous-vide, du pain, de la spiruline et une petite camionnette qui vend crêpes et galettes. 
Les adresses de chaque producteur sont bien affichées devant chaque stand. Vous pourrez si vous le souhaitez leur rendre visite sur leur lieu de production. 
Même la vendeuse de crêpes et de galettes bretonnes affiche en toute transparence les « name dropping » de ses produits comme dans les grands restaurants. 
J’ai gouté à une de ses créations très originale, la galette de sarrasin, pomme de terre oignon ail. Une belle mise en bouche en attendant la cuisson de votre galette. 
Le « Village du festival celtique de Lorient » qui aura lieu la semaine prochaine du 5 au 14 août 2016 est en train de se monter place Jules Ferry. Cette année, la nation invitée est l’Australie. 
Dans cette fête de la culture celte, le village sera doté d’un marché gourmand inter celtique, d’un quai du livre, de nombreuses espaces de restauration. Au total, 10 jours de fête ! Je suis arrivé une semaine trop tôt !

lundi 25 juillet 2016

Restaurant le Zagaya, Pornic



Situé à l’entrée de la ville de Pornic, le restaurant Le Zagaya donne sur la plage des grandes vallées, avec une magnifique vue sur la mer. Lorsqu’il fait beau, vous pouvez apercevoir l’île de Noirmoutier. Des deux côtés de la plage, des petites criques discrètes vous attendent pour vous prélasser. On vient au Zagaya pour ses produits de la mer, d’une fraîcheur irréprochable, cuisinés avec justesse et saveurs. Pour notre dîner, nous avons choisi
L’anguille fumée snackée sur lit de tagliatelles de légumes marinés : le croquant des tagliatelles de carottes et courgettes saumurées au vinaigre doux, l’amertume et la fraîcheur des feuilles de roquette, la saveur délicieuse des anguilles fumées. Le mélange est juste parfait avec une présence généreuse d’anguilles fumées.
Crabe farci. C’est une des recettes signatures du restaurant. Mélange de chair de crabe, de champignons de Paris, de carotte dans une béchamel gratinée avec de la chapelure.
Pavé de cabillaud, crème de chorizo, risotto de riz rouge. Une cuisson parfaite du cabillaud qui s’effeuille à la fourchette, une peau croustillante. La crème de chorizo est le condiment qui rehausse l’ensemble.
Nage de fraise à la menthe et sorbet citron. Un dessert rafraîchissant de saison. La nage de fraise est rehaussée de jus de citron et de menthe.
Vous avez le choix de dîner dans la salle de restaurant en dur, à l’abri du vent, ou sur la terrasse exposée aux caprices de la nature. Le soir, prévoyez une petite laine. Vous pourrez même voir la marée monter au clair de lune. Le restaurant Le Zagaya est au calme, à l’écart des bruits de la ville. Si vous aimez les fruits de mers, c’est l’endroit idéal !

dimanche 24 juillet 2016

« Clothing optionnal » au restaurant Bunyadi de Londres.



La nouvelle sensation de la restauration serait-elle de manger tout nu, en tenue d’Adam et Eve comme au moment de la création du monde ? A voir le succès du restaurant éphémère Londonien Bunyadi ouvert en juin dernier pour trois mois, la réponse semble être positive. Selon le site internet du restaurant, il y a une liste d’attente d’au moins 45 56 personnes avant même l’ouverture du restaurant ! Seb Lyall, fondateur du concept,  propose à ses clients de « se libérer des contraintes modernes et expérimenter une véritable libération », profiter d’une soirée « sans impureté ». Au-delà de la nudité qui est optionnelle car le restaurant possède aussi une zone textile, ceci signifie aussi un repas sans téléphone portable, sans colorant artificiel, sans produit chimique, sans électricité, sans gaz et avec une cuisine à base de mets crus ou cuisinée au feu de bois. Tout un programme ! Un de mes amis à Londres, qui a expérimenté ce restaurant m’a présenté le déroulement. Dès votre arrivée, vous êtes invités à quitter votre tenue de ville mis dans des casiers contre un peignoir en blanc avec ses pantoufles, et vous installer au bar. Vous sirotez un cocktail avant de passer à table, vers la zone la zone du restaurant « pure » réservée aux clients nus. Au dîner, la salle est éclairée à la chandelle avec des murs habillés de bambou. 
Le personnel de service n’est pas complètement nu pour des questions d’hygiène. Leurs parties intimes sont cachées par un slip couleur chair, décoré d’une ceinture de feuilles en pastique. Filles et garçons ont la poitrine à l’air. Pour préserver la pureté chimique, la vaisselle est faite en argile, venu d’Inde, avec des couverts comestibles. Il ne vous reste plus qu’à déguster les mets santé proposés par le chef Jonathan Hope dans un repas en cinq temps avec option végétarienne (environ 90€ hors boisson). Pour cette semaine, trois recettes sont mises en valeur sur le site du restaurant. Ces dernières changent régulièrement selon la saisonnalité des produits et l’inspiration du chef.
Plat principal du menu vegan
Beef Tomato stuffed with raw Ratatouille & Hickory, Tahini and Lime smoked Black Bean Hummus served with Almond Porcini Crumble
Plat principal du menu non vegan
Seabass Pomegranate & Lime Ceviche alongside Salmon Sashimi with Lemon and Fennel dressing served with Coriander Cream & Mixed Grain Salad
Dessert
Fig & Dark Velvet Avocado Cacao Mouse served with Nutmeg and Hazelnut Crumble and a drizzle of Vanilla Salt.
Prévu que pour trois mois d’ouverture, le concept de restaurant nudiste se prolongera sûrement à Londres, vu son succès. Il est question que le concept débarque à Paris avant la fin de l’année ! Effectivement, sur Paris, il n’existe pas encore officiellement un restaurant pour nudiste.