mardi 28 février 2017

Appel au droit à bien manger



A l’approche des élections présidentielles françaises, la politique s’invite dans les assiettes avec une reprise en main par les citoyens. Après l’organisation d’une journée OFF le jour de l’ouverture du salon de l’agriculture à Paris pour réfléchir sur une agriculture différente où tout ce qui est produit par la terre ne peut être considéré comme une marchandise banale, une nouvelle tribune demande aux candidats à l’Elysées « un droit au bien manger ». Elle constate une fracture alimentaire entre une frange de privilégiée de la population qui a accès à une éducation du goût et à des produits de qualité́, tandis que la majorité́ des citoyens est soumise à un paysage de consommation dicté par la grande distribution. Une autre fracture sépare le monde agricole des consommateurs. L’industrialisation massive de l'agriculture française aboutit à ce paradoxe : la plupart des agriculteurs, soumis à la culture intensive, ne nourrissent plus leurs concitoyens. La course à la productivité́, à l’export, et aux tarifs les plus bas, a eu pour conséquence l’anéantissement de l’agriculture vivrière de nombreux pays. Parmi les signataires de cette tribune, hébergée par le site Atabula, figurent les chefs de cuisine Olivier Roellinger, Michel Troisgros,Michel Bras, Mauro Colagreco, Camille Labro journaliste culinaire, Eric Roux porte-parole de l’observatoire des cuisines populaires, Franck Pinay-Rabaroust, journaliste fondateur de la plateforme Atabula. Il y a aussi des vignerons, des architectes, des historiennes, des artistes… Ces personnalités proposent de favoriser des modes de productions raisonnés et d’instaurer une éducation au goût dès l’école. Vous pouvez signez aussi cette tribune sur le site Atabula et faire partie du mouvement.
Source photo Atabula

vendredi 24 février 2017

Carnaval de Paris dans une ronde de fruits et de légumes autour du monde



Pour participer au carnaval de Paris ce dimanche 26 février 2017, vous êtes invités à vous déguiser en fruits ou légumes pour parader avec joie dans les rues de Paris ! Les raisons de vous transformer en carotte, patate, citrouille, poireau, ananas, banane… ? C’est d’être raccord ave le thème choisi pour cette 20ème édition du Carnaval de Paris qui pense à votre santé et à votre bonheur « Manger cinq fruits et légumes par jour ! ». Le carnaval de Paris, c’est une grande fête populaire, un vrai spectacle de rue dont vous êtes les acteurs. Vous pouvez y participer librement sans aucune inscription préalable. Vous pouvez vous amuser sur une partie du parcours ou sur tout le parcours ! Le départ est prévu à partir de 14 heures place Gambetta pour arriver à la place de la République.  L’itinéraire détaille est le suivant : Avenue Gambetta vers Ménilmontant / Place Auguste Métivier / Boulevard de Ménilmontant (à droite) / Boulevard de Belleville / A gauche : rue du Faubourg-du-Temple / Arrivée place de la République vers 17 heures. Une belle fête est prévue sur la place de la République jusqu’au 20 heures. Vous pourrez y danser et prendre le risque d’être croqué !

Dégustation-vente des fromages de tradition de « l’Eleveur Occitan » à l’atelier de cuisine « Initiation Gourmande » à Neuilly



Des soirées comme celle-ci, on en redemande ! Toutes les personnes présentes étaient ravies et réclament une autre édition pour continuer à découvrir les fromages de tradition de « l’Eleveur Occitan ». Derrière cette appellation se retrouvent 55 producteurs laitiers situés dans les départements du Cantal, de l’Aveyron et du Lot. 
Pascal Chéry, commercial de la maison sur Paris et grand ordonnateur de cette soirée, était présent avec deux producteurs joyeux pour nous expliquent et présentent toute la palette de fromages de tradition qu’ils fabriquent à partir du lait de vache et de bufflonne. 
Des fromages de qualité affinés au cœur des montagnes du Massif central, avec des arômes et des goûts multiples. 
J’ai commencé par le classique Cantal jeune AOP au lait pasteurisé, couleur ivoire, très doux au palais. J’ai poursuivi avec « l’entre-deux » avec des saveurs plus marquées, plus épanouies, puis « le vieux » avec des saveurs plus corsée. 
C’est un privilège d’être accompagné dans cette dégustation, avec de vins de qualité et d’excellents pains. 
Je me suis laissé tenter ensuite par le Piastrellou, au lait cru de bufflonne. Même s’il est signalé que c’est un fromage type « pérail », je trouve que le lait de bufflonne présente une pâte molle plus onctueuse, crémeuse. C’est un petit fromage 160g idéal pour un apéritif improvisé, pour un pique-nique. Il s’associe bien aussi avec des fruits secs moelleux. 
N’étant pas fan de bleu, je me suis laissé tenter par le bleu de bufflonne, une création unique en France qui mélange lait de vache et de bufflonne. Au final, j’ai aimé les saveurs de cette pâte persillée. Est-ce la magie du lait de bufflonne qui amène une rondeur en bouche ? Ou la saveur du temps passé de l’affinage ? 
Dernière dégustation, la tome fraîche qui ne passe pas inaperçue dès que nous rentrons dans l’atelier de cuisine Initiation Gourmande. Isabelle Mejanes, sa manager,  nous préparer tout simplement une truffade avec ce précieux fromage. Les pommes de terre fraîches, coupées en cube étaient rissolées dans le l’huile avant d’être enrichies par de la tome fraîche, relevée d’une pointe d’ail. Isabelle a tenue à ce que sa truffade soit croustillante. 
Certains invités découvrent cette recette du terroir Auvergnant pour la première fois, et se sont servis deux fois ! 
Petite attention d’Isabelle, elle nous a fait déguster aussi le saucisson de la maison Joffrois qu’elle a ramené d’Auvergne en attendant la cuisson de la truffade. Un saucisson moelleux et exceptionnel de cette maison artisanale et familiale depuis 1890 dans le Cantal ! C’est donc le ventre bien repu que nous sommes repartis heureux avec nos emplettes de fromages, en espérant la prochaine édition ! Si vous souhaitez acheter en gros les fromages de l’éleveur Occitan, contactez Pascal Chéry au 06 73 99 01 56.

mercredi 22 février 2017

Angelina Jolie : ambassadrice de la cuisine des insectes ?



C’est au Cambodge avec tous ses enfants qu’Angelina Jolie avait présenté son nouveau film en tant que réalisatrice «D’abord, ils ont tué mon père », adapté du livre éponyme de Loung Ung. L’actrice qui est aussi ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies a profité de ce voyage pour faire découvrir à ses enfants la cuisine locale à base d’insectes ! C’est devant les caméras de la BBC que toute la famille s’était mise à préparer des scorpions, des criquets et des araignées. 
Angelina semble très à l’aise, donnant même des conseils à ses jumeaux Vivienne et Knox pour préparer la tarentule vivante « Vous voyez la partie dure où il y a les dents ? Retirez les crocs". Les insectes étaient frits, sautés suivie d’une dégustation.  L’avis des enfants ? « On dirait des chips sèches. Des chips sans gout ! ». Angelina avait découvert la spécialité de ce pays lors de son premier voyage au Cambodge en 2000 : "J'en ai mangé pour la première fois lorsque je suis venue dans ce pays pour la première fois. On commence par goûter des criquets. Des criquets avec une bière, et puis ensuite on passe aux tarentules", a-t-elle déclaré dans un sourire. Pour voir la séquence de l’atelier de cuisine familiale, cliquez-ici.

Le OFF du salon de l’agriculture de Paris 2017



Organisée au Carreau du Temple à l’occasion de l’ouverture du Salon de l’agriculture de Paris 2017, cette journée forum souhaite réunir tous ceux qui œuvrent pour une exception agricole française avec les paysans, artisans, intellectuels, scientifiques, artistes et citoyens-mangeurs. Cette journée du 25 février 2017 est pour se dire que ce qui vient de la terre ne peut pas être considéré comme une marchandise banale, qu’il faut repenser l’agriculture en lui assignant d’autres fonctions : assurer la sécurité alimentaire, préserver la nature, améliorer la santé globale des écosystèmes et des personnes. Des tables rondes et des ateliers sont au programme, ainsi qu’un marché de producteurs avec la Ruche qui dit oui. Le déjeuner sera orchestré par tous les  producteurs avec l’aide des chefs de l’Alliance Slow Food : Patrice Gelbart, Stéphane Camboulive, Xavier Hamon et Christophe Lançon ainsi que la brigade de cuisiniers et de cuisinières en herbe.
Pour connaître le programme détaillé sur Facebook
L’entrée est  libre sur inscription